Burning G☢ld
Les Patrons
Jamshid (MP)
Miyako (MP)
Most Wanted

La Catastrophe de Naha
Bienvenue à Kansen ─ L'institut Burning Gold est le phare qui illumine l'île de par l'intérêt international qui gravite autour de cet institut. Jusqu'à aujourd'hui tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu'à ce qu'un essai nucléaire provenant d'un pays encore non-identifié soit tiré à quelques kilomètres des côtes japonaises. La capitale de Naha fut entièrement détruite par un immense tsunami, des suites de l'explosion de la bombe, tandis que la cité de Kansen ─ là où se situe l'internat ─ fut également touchée, mais en moins grande quantité. Dans leur cas, non seulement de nombreux bâtiments furent détruits, mais la radiation n'échappa aucunement à une partie des citoyens. Certains succombèrent à leurs blessures alors que d'autres ... (SUITE ICI)

Partagez | 
 

 Début de Week-End mouvementé || Feat Kagami

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité

Jeu 27 Aoû - 19:34


- « Nietzsche disait… »

J’me faisais chier. Encore, toujours. Même rengaine. Ça n’en finissait plus. J’avais beau être en 4ième année que j’en voyais plus l’bout et ça m’énervait. Vivement la fin d’année, sérieux. J’détestais pas ce bahut, mais les cours ne faisaient que m’ennuyer. J’étais pas un surdoué comme beaucoup d’autres, mais je comprenais tout. Tout ! Si bien que j’étais l’un des meilleurs et que c’en était lassant. Constat presque affligeant, j’vous jure. Définitivement, il n’y avait qu’avec Ivan que je m’amusais et que j’apprenais de nouvelles choses. J’consultai ma montre. Quatorze heures trente. Encore deux heures à tenir avant le début du week-end. Pas possible. Du coup, lorsque le prof se mit à dicter son cours de façon monotone, j’rangeai mes affaires illico presto, avant d’me lever rapidement, dans un silence presque religieux. Sauf que le professeur me vit, stoppa sa lecture et soutint mon regard qui dériva vers le sien. Il était limite exaspéré, le pauvre vieux.

- « Tu t… »

- « Migraine monsieur. Puis-je me rendre à l’infirmerie ? »


C’était un vioque parmi tant d’autres dans le corps professoral. La soixantaine révolue, sans doute. Ce pourquoi j’avais un langage assez châtié avec lui. Pas besoin d’être effronté avec tout le monde. Ceci étant dit, j’mentais et il en était pleinement conscient. Faut dire que j’faisais pas non plus trop d’efforts pour simuler une douleur avec ma tronche trop sereine. Il réajusta sa paire de lunette, fronça les sourcils, avant d’émettre un gros soupir. Sur le coup, j’eus un micro sourire. Pour peu, il m’ferait regretter mon acte. Mais si j’restais ici, j’risquais sans aucun doute de dormir comme un loir. Pas très glorieux ni très glamour, vous convenez avec moi. Du coup, il était préférable que je m’en aille. De toute façon, j’loupais pas grand-chose et il pouvait être certain que j’aurai une bonne note à la prochaine interro. Comme d’habitude. Ce qui énervait la plupart des autres étudiants de ma classe, quand j’y pense. J’avais presque pas de potes après tout.

- « Tu peux y aller. Tâche de bien te reposer surtout. »

Je hochai la tête comme pour dire que j’avais compris, avant de me barrer avec tout le bon cœur du monde. Une fois dehors, j’eus un petit soupir et je passai une main dans ma chevelure rêche, avant de regarder un peu partout. Maintenant, restait plus qu’à trouver un coin où m’planquer tranquille. Sauf que le bahut grouillait de surveillants. Et comme rester cloitré dans ma chambre ne m’faisait pas trop plaisir, je quittai tout simplement l’école. J’déambulai dans la banlieue pendant une bonne demi-heure. Vu la chaleur qu’il faisait, j’avais même enlevé ma chemise pour l’accrocher à mes hanches, restant tout simplement en débardeur, avant de tomber sur un parc pour gosses, près d’une école maternelle. Après avoir acheté des crèmes glacées, j’me posai sur un banc, avant d’ouvrir mon sac duquel j’avais un extrait un livre porno, carrément, que je me mis à lire. Et j’fus tellement absorbé par ledit livre que j’vis pas approcher une certaine personne.

Quelqu’un que j’aurai volontiers évité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Ven 28 Aoû - 20:39

Zeros voulait sortir. Remuant la queue frénétiquement. Assis devant la porte.
Sa maîtresse venait tout juste de rentrer dans sa petite maison, balançant son sec négligemment sur le canapé avant de soupirer longuement. La journée semblait avoir été longue, pourtant ses orbes roses brillaient encore de cette étincelle qui la caractérisait tant. Cette petite folie qui régnait dans son esprit, qui gouvernait sa vie. Un quotidien de joyeuseté et d'emmerdage intensif. Néanmoins, la moue qui s'affichait sur le visage de la jeune femme signifiait clairement que sa journée ne fut pas aussi mouvementée que souhaité, voulu. Malheur alors que sa journée était terminée, n'ayant plus de cours.

Le gardien de la maison venait pousser le coude de sa propriétaire avec son museau, couinant légèrement. Alors les orbes roses se posaient sur lui, souriant tendrement en posant la main sur le haut de sa tête. Se redressant, s'étirant, ses ongles rouges attrapaient la laisse qui se trouvait sur le meuble d'entrée, mettant le collier à l'animal déjà bien sur-excité.

Aussi bien l'un et l'autre semblaient avoir des habitudes lors des sorties. Le chien restait aux côtés de sa maîtresse, suivant son rythme, attendant lorsque celle-ci s'arrêtait devant un passage piéton, ect. Un animal obéissant et bien dressé malgré l'allure et le sentiment déjanté de celle qui le tenait tranquillement, sereine. La plupart des passants s'écartaient de la bête imposante à leur yeux, portant pourtant une muselière comme lui exigeait pour la sécurité d'autrui. La réaction de certains arrachait toujours un sourire amusé à Kagami, pensant même parfois détacher Zeros et lui ordonner de leur courir après juste pour rire. Mais, elle ne voudrait pas qu'une vieille dame sur le passage fasse une crise cardiaque, quand même. Ce n'était pas le moment de tuer les petits vieux.

Enjouée, notre professeur de tourisme prenait le chemin d'un parc non loin. Le mieux restait un parc pour avoir la chance de laisser courir la bête si peu de monde s'y trouvait. Malchance en sachant que les parcs semblaient souvent pris d'assaut par des gens en trop grand nombre, cette fois-là ne changeait pas des autres, un soupir ennuyé passant ses lèvres. Tant pis, la balade en laisse serait simplement plus longue, mais Kagami aimait promener son chien. L'ennui résidait bien plus dans le fait de ne pouvoir pas offrir une course à son compagnon à quatre pattes.

Sortant du parc, en marchant dans la banlieue, elle ne tardait pas à se retrouver proche d'une école maternelle, souriant en voyant le bâtiment. Zeros adorait les enfants, mais comme beaucoup, les enfants le craignaient la plupart du temps et ne parlons pas des parents. Tapotant sa tête en se baissant légèrement, lorsqu'elle remontait ses orbes pour continuer son chemin, elle croisait une tignasse orangée. Penchant un peu la tête, cela semblait lui dire quelque chose. Amusée et enthousiaste, ses pieds avaient pris sa direction, ne tardant pas à lui faire de l'ombre.

« Alors comme ça on sèche le rebelle ?! Qu'est-ce que tu lis là ?.... Oh un porno ! »

Lui prenant des mains en lui donnant la laisse du chien en contrepartie, elle feuilletait le livre un instant.

« Tu me le prête ? J'suis sûre que ça ferait un bon livre de chevet ! »

Son sourire ne quittait pas ses lippes, offrant même un mauvais clin d'oeil au plus jeune, se mettant à rire bruyamment. Le poussant pour s'asseoir à ses côtés, la prof prenait ses aises, fixant une seconde son ami.

« J'te présente Zeros. D'ailleurs Zeros, assis et surveille-le ! »

Surveille-le alors que son doigt se pointait en direction de l'élève qui séchait à cet instant. Tranquillement, ses orbes parcouraient le livre porno avant de faire une moue, semblant mécontente.

« Dis, pourquoi tu prends ça ? T'peux pas te trouver une gonzesse ou quoi ? Franchement, t'es pas dégueu même si t'es un gamin encore, c'est triste comme vie ! »

Taquinerie ? Provocation pour le voir se mettre en boule ? Peut-être bien un peu des deux probablement. Ou alors aurait-elle la surprise de voir une réaction indifférente sur son visage ? Tout serait probablement un amusement à ses yeux, peu importe la réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Sam 29 Aoû - 0:20


- « Ma gueule ressemble vraiment à celle d’un rebelle ? Tu changeras jamais quoi. Toujours aussi chiante. »

Cash. J’allais pas m’en cacher, hé. C’est bien parce que j’l’avais pas vu venir que j’avais pas pu m’casser. C’est vous dire à quel point j’la portais pas dans mon cœur. ‘Fin, j’la détestais pas forcément, mais j’supportais pas son putain de caractère. C’était pas la première fois qu’elle m’emmerdait de la sorte. J’avais grillé le cours de philo pour tomber sur une autre chieuse… Quelle poisse ! Mais une seule chose m’retenait ici alors qu’elle me piquait mon livre et s’moquait d’ma vie sexuelle qu’elle pensait pourrie : Son clebs. Non pas parce que j’avais peur, mais parce que ces bestioles m’fascinaient. C’était difficile à croire, mais j’kiffais les chiens et les chats. Il m’arrivait même d’en nourrir quelques-uns. Du coup, c’est sans peur que j’me mis à caresser la tête du chien qui avait l’air de bien m’apprécier.

- « Il a l’air cool ! Zeros, c’est ça ? T’as au moins quelque chose d’bien ! »


J’lâchai la crème glacée et la laisse pour me mettre à le caresser sous toutes ses coutures. Comme s’il s’agissait d’un chat, j’me mis même à gratter l’arrière de ses oreilles. Il m’plaisait assez. Il me l’rendit bien en se mettant à se frotter contre moi. J’me demandais comment il pouvait avoir une maitresse aussi folle. D’ailleurs, j’me retournai vers elle, sourcils froncés et la première chose que j’vis fut sa poitrine. Sérieux, comment une meuf japonaise, pure jus, pouvait être aussi bien foutue ? ‘Fin, bien foutue, bien foutue… Elle n’avait que de gros seins. J’étais certain qu’elle était plate du cul. J’avais jamais eu l’occasion de la regarder sous tous les angles. C’était p’être le moment de voir si elle valait Maiha ou même Lily. Deux autres grosses bonasses que j’hésitais pas à aguicher et à tripoter comme un gros pervers.

- « Tu vois, ton molosse connait les vrais, héhé ! D’ailleurs, si tu n’l’avais pas avec toi, soit certaine que j’me serais cassé à la seconde où tu t’es pointée. »

Encore une fois, j’me cachais pas derrière de faux fuyants. J’étais pas « trop » irrespectueux ceci dit. Et elle pouvait courir pour que j’la vouvoie ou que j’l’appelle « professeur » en dehors du bahut. Pas moyen. J’savais qu’elle avait moins de la trentaine. En gros, elle n’était qu’une « big’ sis’ ». Mais rien de tout ça ne l’empêchait de m’en faire baver et de m’énerver. L’idée de lui clouer le bec ou de la dégouter m’vint cependant à l’esprit. J’lâchai alors Zeros d’une main avant de fouiller ma poche droite pour faire ressortir mon smartphone. Après l’avoir déverrouillé et manipulé pendant quelques secondes, j’lui balançai le phone. Elle pouvait y voir quelques vidées. Des vidéos bien dégueulasses et pour cause : Des sex-tapes. Les miennes. Avec quelques pisseuses de l’école qu’elle reconnaitrait sans aucun doute.

- « Surtout, m’raconte pas d’merde comme quoi c’est dégoutant, gnagnagna… »


Dans ces vidéos, on pouvait clairement me voir en train de bourrer des filles de Burning Gold. Niveau « taille », elle pouvait pas non plus me chambrer vu que j’étais bien membré. Mais ça, pas b’soin de s’en vanter. Elle avait des yeux pour voir. La seule chose où elle pouvait m’asticoter restait l’expérience, mais là encore, aucune meuf ne s’était jamais plainte. Bref, Kagami pouvait repasser ! Pas mauvais pour un sou, j’poussai vers elle une crème glacée qu’elle pouvait entamer si elle voulait : « Te fais pas d'idées. C’est parce tu m’as présenté Zeros. » D’ailleurs, je me remis à m’amuser avec lui pendant quelques temps. Autour de nous, les gosses s’amusaient et riaient aux éclats. On peut dire qu’Okinawa était vraiment une île paisible. Ces moments me rappelaient qu’il ne me restait qu’une année à passer ici avant de me casser.

Nostalgie quand tu nous tiens.

- « Tu comptais le promener non ? J’voudrais pas lui priver de ce plaisir. Tu peux continuer ton chemin. » Que lui avais-je dit sereinement en la regardant droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Lun 31 Aoû - 15:38

« Toujours aussi chiante ? Comment tu es méchant avec moi, je suis tellement triste ! »

Sa voix tremblait faussement, prenant une pose ridicule d'une jeune fille prête à pleurer, heurtée par les mots d'un garçon qui lui plairait. Faisant semblant de pleurer, mimant les hoquets dû au pleurs, la mascarade se terminait rapidement, un rire bruyant franchissant les lèvres de la jeune femme, remuant sur le banc tellement hilare. Néanmoins le livre porno restait plus intéressant apparemment, laissant son chien sans peur entre les mains de son élèves. Enfin à l'extérieur de l'école, ils n'étaient plus ses élèves après tout.

« Effectivement, Zeros ! Fait gaffe à c'que tu dis, je pourrais très bien lui demander de t'arracher une main si tu es méchant avec moi ! »

Un large sourire se dessinait sur son visage, sa main s'abattant gentiment derrière la tête du plus jeune. Une petite tape amicale. Tranquillement, croisant les jambes dans ses vêtements ridicule pour la plupart, la jeune professeur tournait les pages, amusée. Si Bryan ne craignait pas de regarder ça en pleine rue, ne craignait pas d'avoir honte, elle était bien pareille. Les gens pouvaient bien la regarder, leur avis passait facilement par-dessus. Faisait une petite moue, ses orbes roses se posaient sur son chien qui sympathisait avec son interlocuteur.

« Hum... Pourquoi tant de haine ? J't'ai même pas encore croquée, pourquoi te braquer autant à ma simple présence ? J'te fais si peur que ça ? Ou bien je t'ennuie ? Aha, les gamins sont vraiment trop mignon ma parole ! »

En posant ses questions, elle s'était rapprochée de lui avant de reculer à nouveau, reprenant sa place initiale. C'était calme et reposant de se trouver là, à regarder un livre porno. Vraiment particulier comme situation, du moins beaucoup penserait cela, mais Kagami était bien là. Enfin, avant qu'un smartphone lui tombe dessus sans cri égard. Surprise, sa main se saisissait de l'objet, regardant. Sans rien dire, le laissant parler, ses orbes fixaient seulement l'écran. Quelques secondes s'écoulaient avant que sa voix ne résonne à nouveau, se mettant à rire bruyamment.

« Quoi ? T'm'veux m'impressionner c'est ça ? Tu veux que je me mette à crier : "Haaan mon dieu, comment t'es trop beau, moi aussi j'veux passer dans ton lit ! Dis, dis prend-moi aussi fort qu'elles !" ? »

Sa main venait se poser sur son épaule, le frappant gentiment à plusieurs reprises en riant.

« Tu sais, t'es pas le seul à en faire, mais j'dois avouer que t'es plutôt bandant aha ! Mais si tu veux me séduire, faut y aller plus franco. »

S'approchant à nouveau, elle collait sa poitrine généreuse contre son bras, faisant une mine pleine de sous-entendu, mais tout ceci n'était que de la comédie, alors que son corps se balançait vers l'arrière. Un nouveau rire bruyant, à croire que cette femme ne prenait rien au sérieux. Lançant son smartphone dans sa direction nonchalamment, son attention se fixait sur la crème glacée, se jetant dessus comme une morte la faim pour commencer à l'engloutir en souriant bêtement. Son visage s'illuminait simplement à la vue de la nourriture.

« T'es trop mignon ! »

Rencontrant son regard et écoutant ce qu'il disait de façon sereine, la professeur de tourisme faisait une moue en coin. Avalant la crème glacée, ses lippes s'arquaient en coin, souriant.

« Désolée de te décevoir gamin, mais sa promenade est fini, on rentrait chez nous en réalité ! Ça m'ennuie parce que le parc était bondé, alors il a pas pu courir. Faudrait que je mette ma tenue de sport pour aller courir avec lui, j'aurais dû le faire direct d'ailleurs ! »

Le concerné fixait sa maîtresse, venant vers elle en remuant la queue pour s'asseoir entre la jambe de Bryan et la sienne. Tendrement, sa main glissait sur sa tête, lui grattant finalement sur le poitrail.

« T'inquiète mon grand, on ira courir pendant trois heures après, j'te le promet et on prendra aussi le frisbee ! »

Rendant enfin le livre porno à son propriétaire, son regard se posait sur lui un instant, le détaillant.

« Au fait, t'vas bientôt rentrer chez toi, non ? Mais à la base, je suis curieuse de savoir pourquoi tu es au Japon, Bryan ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Mar 1 Sep - 4:56


- « L’inscription à Burning Gold est gratis. C’est la raison principale et la seule. Sinon, depuis quand tu m’appelles par mon blaze, toi ? J’étais plutôt certain que t’avais oublié mon prénom. »

J’avais menti. J’avais clairement menti. Mais j’me voyais franchement pas raconter ma life à une meuf pareille. Franchement, elle m’énervait. Elle était bruyante, vulgaire, sans-gêne, étouffante, chiante et j’en passe. Y’avait juste pas moyen que j’puisse vraiment l’apprécier. Un vrai garçon manqué, j’vous jure ! Elle aurait pas eu de formes aussi voluptueuses qu’on l’aurait volontiers prise pour un mec, carrément. Le seul bon côté que j’lui voyais était sa simplicité. Avec elle, on pouvait au moins être franc sans s’attendre à ce qu’elle se vante de son statut de professeur. Ceci dit, même dans cette situation, elle n’hésitait pas à chambrer et emmerder, donc cette qualité était à relativiser. Du coup, on en revenait à la case départ. Cette femme était une plaie pour moi ! Qu’est-ce qu’Ivan pouvait lui trouver ? ‘Fin… Ivan quoi… Ivan… J’étais sûr qu’il avait dû la draguer. Ma main à couper !

- « Et pour revenir à tes dires, j’te draguerais jamais, c’est mort. J’préfère finir curé, c’est cinquante mille fois mieux. Me pavaner avec une vieille peau comme toi ? La honte… »

J’étais méchant, oui, mais même avec ça, j’étais sûr qu’elle allait rire aux éclats. Cette seule perspective me mettait presque sur les nerfs. Faut dire que la prof avait le don de m’énerver. Elle qui se pensait « vieille » à force de m’appeler « gamin » était servie. Kagami voulait tellement passer pour une femme qui avait tout vu, qu’elle finissait parfois par se ridiculiser. Si la sagesse rimait forcément avec l’âge, ça se saurait. J’eus un soupir, avant de recommencer à bouffer ma crème glacée. Elle n’avait pas mis longtemps à s’jeter sur celle que j’avais daigné lui offrir gratos. A vrai dire, j’la détestais pas viscéralement. C’était pas une haine pure. C’est juste qu’elle m’insupportait et m’cassait les couilles quand elle n’était pas sérieuse et qu’elle faisait sa fouineuse comme maintenant. Bon, j’voulais parfois pas la voir en peinture, mais quand on regardait ma situation de plus près, on pouvait me comprendre.

- « Tu devrais chercher à te caser, tu sais. Si t’as un foyer et des gosses, tu seras on ne peut plus responsable et on te respectera bien plus. La plupart des mecs qui se pointent à ton cours viennent uniquement à cause de ta poitrine. Pas vraiment glorieux… »


Cours de chant. Sérieux… Fallait s’ennuyer ou trop aimer chanter pour y assister. D’mon côté, j’brillais très souvent par mon absence aux séances qu’elle donnait. J’avais pas la gueule d’un choriste ou d’une future pop-star, sans compter que j’avais une voix de casserole. J’savais aussi que la meuf était parfois taxée d’être une prof de « tourisme ». Si ça voulait pas tout dire. On pouvait donc légitimement penser qu’il s’agissait d’une ado dans le corps d’une bombe. D’ailleurs, j’venais parfois à m’demander comment on avait pu l’embaucher. Mais comme BG était une école de tarés en tout genre, je m’étonnais pas trop de regarder la réalité en face. Pis, elle devait quand même être douée en chant. De ce que j’avais entendu en tout cas. Faut dire que j’l’avais jamais vu à l’œuvre en vérité.

- « Il commence à s’faire tard. Tu devrais pas tarder dans les parages, à mon sens. »

Au loin, les parents récupéraient leurs gosses un à un pour s’en aller. Le soleil, à l’ouest déclinait doucement. Bientôt, l’on assisterait à un beau crépuscule comme on n’en voyait qu’au Japon seulement. J’eus un sourire avant de racler mon pot de crème glacée. C’était bon ! Tellement bon que j’m’étais levé en tournant ma tête vers le vendeur. Sauf qu’il s’était déjà cassé sans même que j’m’en rende compte. La poisse ! J’me laissai alors tomber sur le banc tout près de la collante, avant de sortir un paquet de clopes et un briquet. J’l’allumai vite fait avant de profiter de la première taffe qui me détendit automatiquement comme s’il s’agissait carrément d’un joint. J’finis par poser le paquet de cigarettes et le briquet sur le banc, entre la prof et moi, en silence, avant de tourner ma face vers elle.

- « Question pour question. Pourquoi t’enseignes dans cette école en particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Début de Week-End mouvementé || Feat Kagami
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Invitations au week-end final de bêta-test
» c est le week end ...des amoureux ..........................
» c est le week end youpie........
» Arrivée mouvementée et compagnie inattendue
» Week-end de folie *_* & T_T

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Burning Gold :: Le Parc-